Actualités

Partager sur :
04 février 2021
Actualités

Intermines
Un Mineur témoigne : Evoluer professionnellement tout au long de la vie avec la formation

Vue 105 fois

Par Emmanuel Pinto (P 1989)

 

Plusieurs études – cercle des économistes, INSEE, APEC – plusieurs courbes sont fournies dans la présentation – montrent la profondeur de la crise économique provoquée par la crise sanitaire.

 

Les données de l’APEC montrent la chute brutale du nombre d’offres d’emploi de cadres. L’APEC fonctionne de ce point de vue comme un agrégateur d’offres d’emploi.

 

L’INSEE prévoit que le taux de chômage des cadres passera de 3,5% avant crise à 5% - 6%. Les chiffres sur le chômage des cadres sont plutôt rares et difficiles à trouver.

 

Il y a environ 3,5 millions de cadres en France, même si la définition d’un « cadre » n’est pas unique et plutôt à géométrie variable et le salaire brut médian de 50 kEuros brut.
Les cadres français, avant la crise sanitaire, étaient les plus mobiles d’Europe avec un turnover annuel de 20%, 12% changement interne et 8% de mouvement externe. Les chiffres 2020 et le Covid a probablement changé ces chiffres.

50% des cadres ont plus de 45 ans donc ont entre 20 et 5 ans à travailler è besoin de formation.

 

Plusieurs études –The Future of Work in Europe du Mc Kinsey Global Institute ; The Global Risks Report du World Economic Forum – indiquent clairement plusieurs grandes évolutions en cours dans le monde du travail.

A titre d’exemple, la 1ère page de l’étude du MKGI montre le poids de certaines régions en Europe, notamment l’Ile de France et la région de Londres qui sont des « mega-cities » et la répartition géographique assez inégale des richesses et de l’emploi selon les régions.

A titre d’exemple, si la Région Ile de France était un pays, elle représenterait la 26ème économie mondiale. 

Donc grandes disparités régionales en matière d’emploi, et par exemple en France, au-delà de l’importance de l’Ile de France, on constate la montée en puissance de plusieurs autres régions : Bordeaux, Aix-En-Provence, …

Les cadres sont sensibles au cadre de vie et attendent un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

A noter que l’essentiel de l’économie française est constitué de PME et également d’ETI (Note personnelle : 5.400 ETI, 3,4 millions de salariés, la moitié des ETI ont un CA inférieur à 100 M€, 2/3 emploient moins de 500 salariés).

 

Avant la COVID, manque structurel de compétences.

Tendance des grands groupes : Former les hauts potentiels et utiliser des free-lance pour le reste de la population (rapport du WEF).

L’enseignement supérieur n’a pas trouvé la formule pour la formation des cadres (hos Cnam et Dauphine).

La population cadres ayant plus de 45 ans à 50%, le besoin de formation est très important.

 

La crise du covid accélère la transformation digitale, qui fait apparaître de nouveaux besoins de compétences. Parmi les compétences clés : L’expérience client, les soft skills, les compétences digitales, … - cf. slides présentés. Evolution des compétences et des métiers (ex. cité : « fin » relative de Powerpoint et nouveaux outils de présentation).

Toutes les entreprises sont concernées, les PME sont plutôt « à la traine » en matière d’évolution des compétences par rapport aux ETI et aux grandes groupes.

 

Nouvelle définition des compétences, nouvel ensemble de compétences : Soft skills, cadres majoritairement sans responsabilité hiérarchiques. L’expertise métier est un socle mais qui n’est pas suffisant.

Constat que les ingénieurs sont souvent parfaits en terme de compétence métier, mais que les recrutements bloquent plutôt sur le volet relationnel.

Point clé : Savoir se valoriser, notamment sur les réseaux sociaux.
Les recruteurs utilisent presque systématiquement les réseaux sociaux. Bien comprendre leur fonctionnement est essentiel.

Les soft skills, la gestion des émotions font la différence.

Concernant les soft skills – voir slide résumant plusieurs études : esprit d’équipe, passion, curiosité, … La compétence technique est nécessaire mais pas suffisante.

 

Dans le passé, l’APEC avait une mission de conseil en gestion de carrières. Evolution possible avec la crise du covid. L’APEC constate actuellement peu de demandes d’accompagnement des ingénieurs.

 

Quel type de compétences développer après 50 ans ?

Difficile de donner une réponse générique.

Tendance forte : Une candidature = un argumentaire pour un poste donné.

A 50 ans, la clé = montrer de la flexibilité, de l’agilité … une posture + aisance avec les outils digitaux.

Autre compétence clé = développer son réseau, mettre son profil sur les réseaux. Attention, un profil n’est pas un CV. Le profil met en avant les compétences, les réalisations … Plus un cadre indique de compétences sur son profil, plus les moteurs de recherche le sélectionnent.

Se tester sur le site de l’APEC.

Après 60 ans, situation bien plus difficile pour les cadres.

 

Conseil pour le financement de la formation continue : Transformer le DIF exprimé en heures (max 120 h) sur le Compte Personnel de Formation (CPF) sur le site dédié, avant le 30/06/2021.

Blocs de compétences / Fiches RNCP (Répertoire National des Certificats Professionnels ou inscrit s au RSCH …) : Les MOOC sont de plus en plus appréciés et prennent de la valeur, sous réserve que ce soit cohérent avec le projet professionnel.

 

Projet de transition professionnelle : www.transitionspro.fr

CEP = Conseil en Evolution Professionnelle = dispositif d'accompagnement gratuit et personnalisé proposé à toute personne souhaitant faire le point sur sa situation professionnelle. Il permet, s'il y a lieu, d'établir un projet d'évolution professionnelle (reconversion, reprise ou création d'activité...)

La formation doit être certifiante, éligible au CPF, inscrite au RNCP.

Possibilité de bénéficier du chômage dans le cadre d’une démission pour reconversion professionnelle (depuis le 1/11/2020).

CEP aussi ouvert aux expatriés de retour en France.

Pour les chômeurs en reconversion : Choisir un projet pour lequel existe une « passion ». Echanger avec un consultant extérieur (APEC), souvent les gens rencontrés ne réalisent pas bien leurs compétences.

Important de challenger la faisabilité du projet – regard extérieur d’un conseil APEC, ne pas hésiter à prendre RDV.

Permet d’identifier les besoins éventuels de formation et les formations les plus adaptées.

Faire des enquêtes métier, discuter avec des acteurs du secteur pour évaluer la formation envisagée.

Utiliser réseaux sociaux et communautés spécialisées.

 

Tous les service CEP / APEC sont gratuits. CEP ouvert aux cadres du privé et du public, APEC pour les cadres du secteur Privé. Un guide spécifique existe pour les cadres de la fonction publique.

 

Conclusions pratiques :

1) Remplir son CPF

2) Etre en veille sur les compétences / les formations

3) Réfléchir et se faire challenger par un conseiller APEC en prenant un RDV

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.