Actualités

Partager sur :
07 janvier 2021
Focus de carrière

Intermines
CHÉRI(E), J'AI ÉTÉ VIRÉ(E) !

Vue 656 fois

Cet article va vous choquer, sachez-le, voire même vous scandaliser. Mais si vous en acceptez les conclusions, il peut changer votre vie. 

Avant tout, soyez convaincus que je sais de quoi je parle : d’abord parce que j’ai moi-même fait l’objet d’un licenciement dans ma carrière, et surtout parce que depuis dix ans j’ai pour activité principale l’accompagnement de cadres supérieurs et dirigeants en recherche d’emploi. Quelques centaines au total … qui tous, sans exception, ont retrouvé une position qui leur convenait, et ce dans un délai moyen de six mois.

Cette expérience m’autorise à affirmer que perdre son emploi peut ne pas être un drame, et qu’il est possible de sortir rapidement de cette situation… à condition bien entendu de s’en donner les moyens.

Voici un résumé des points clés dont vous devez vous convaincre pour y parvenir. Tous sont essentiels, alors n’en négligez aucun !

Ce n’est pas la fin du monde ! 

Oui, la perte de son emploi est l’un des évènements les plus stressants de la vie. Oui, ce qui vous arrive est injuste, scandaleux, inhumain, peut-être même illégal. 

Ceci étant posé, cet évènement douloureux n’est qu’une étape, que vous pourrez passer rapidement. Rien à voir avec la perte d’un proche, un divorce, une peine de prison, une maladie ou un accident grave… 

Alors ne vous apitoyez pas sur votre sort, convainquez-vous qu’il y a plus malheureux que vous, et soyez dans l’état d’esprit d’un conquérant, pas d’un vaincu. 

Un exemple concret ? Ne vous diminuez pas, ne voyez pas petit. Vous voulez retrouver un poste de dirigeant ? N’achetez pas une voiture d’employé. Pas de folie, mais pas de misérabilisme non plus! Sortez, voyez du monde, partez en vacances. Même si ce n’est pas (encore) aux Maldives, cela (re)viendra...

Reconstruisez votre estime de soi

Se retrouver sans emploi, même si votre compétence ou vos résultats ne sont pas en cause, est toujours générateur de doutes sur ses propres qualités professionnelles. Cette remise en cause personnelle est normale mais souvent exagérée, et parfois très préjudiciable.  

Je vous conseille donc de passer en revue toutes les étapes de votre vie professionnelle, depuis le début de votre carrière, et de recenser toutes les réalisations dont vous pouvez être fiers. La classique démarche PAR donc (Problème, Action, Résultat) appliquée cette fois à votre cas personnel. Vous aurez la surprise - et la satisfaction - de pouvoir faire une liste longue et riche, et de constater ce que vous avez peut-être tendance à oublier : vous pouvez être fier de vous, vous avez de beaux succès à votre actif, et vous avez beaucoup à apporter, tant en expertise qu’en expérience, à de nombreuses entreprises.

Définissez-vous un objectif clair

La tendance naturelle, et c’est bien compréhensible, est de trouver vite, quitte à faire un sacrifice financier que l’on imagine inévitable, alors que ce qu’il faut, au contraire, c’est trouver bien.

Les opportunités ne manquent pas pour les dirigeants de valeur, je vous l’affirme. Prenez donc le temps de définir toutes les caractéristiques qui vous tiennent à cœur : secteur d’activité, niveau de responsabilité, rémunération, localisation géographique, nationalité, éthique d’entreprise, etc… Soyez exigeant, ne finalisez aucun choix avant d’avoir trouvé la position qui coche toutes les cases de vos désirs, votre futur bien-être professionnel en dépend.

Le réseau, le réseau, encore le réseau

Oubliez les petites annonces et les appels aux chasseurs de tête : c’est un fait établi, trouver un nouvel emploi aujourd’hui passe par l’exploitation de vos réseaux : anciens élèves, anciennes collègues de travail, relations professionnelles… et avant tout Linkedin, le seul vrai moyen d’avoir une exposition internationale et multi-secteurs, et d’exploiter toutes les opportunités au niveau mondial. Je ne détaillerai pas plus cet aspect essentiel, qui a fait l’objet de plusieurs publications de ma part.

Chercher un poste, c’est un travail à plein temps.

Je ne suis pas de ceux qui pensent qu’après un choc tel qu’un licenciement, il faut prendre du temps pour oublier, se ressourcer, se reconstruire. Je crois fermement, au contraire, que la vraie reconstruction viendra avec la revanche que vous offriront vos futures responsabilités. Voici donc mes conseils pratiques pour cette période particulière, et difficile, il ne faut pas se la cacher :

-       Suivez un programme précis et dense, que vous aurez défini chaque soir pour le lendemain. Sans programme, vos journées vous paraîtront très longues et peu productives. Plus vous serez occupé, moins vous aurez de temps pour le blues.

-       Le matin, levez-vous tôthabillez-vous comme si vous alliez travailler, même si vous n’avez pas de rendez-vous : la première personne favorablement influencée par votre tenue, c’est vous-même !

-       Faites du sport : la pratique du sport donne un sentiment de maîtrise de sa condition, procure un surplus de confiance et un sentiment de compétence, sans compter le bénéfice d'image que vous en retirerez aux yeux des tiers, par votre aspect et votre démonstration de volonté. 

-       Le Mindfulness est une autre activité bénéfique à considérer. Cette technique dérivée de la méditation orientale (mais débarrassée de toute connotation religieuse) a démontré son efficacité pour la gestion du stress, le développement de la créativité, l’amélioration du sommeil, l’efficacité au travail. Suivez un stage et devenez pratiquant, vous en verrez les bienfaits à court, moyen et long terme.

Formez-vous et informez-vous !

Tenez-vous parfaitement au courant de l’actualité, générale et surtout économique. Vous n’aviez jamais le temps de lire Les Échos ou la Harvard Business Review ? Maintenant que vous le pouvez, faites-le ! Mieux encore : inscrivez-vous à un MOOC, de préférence diplômant, en langue anglaise et d'une université prestigieuse, dans votre spécialité… ou dans une autre. Vous ferez coup double : non seulement vous améliorerez votre anglais, mais vous ajouterez l’INSEAD, Berkeley ou la LSE à votre palmarès, tout en maintenant vos compétences au plus haut niveau. 

Faites-vous accompagner. 

La perte d'emploi est au plus haut dans l'échelle des évènements les plus stressants de l'existence, avec le divorce et le décès d'un proche. Pour ne pas être submergé, vous devez évacuer. Échanger et partager vos doutes, vos craintes, vos espoirs, vos idées, avec votre conjoint ou un ami proche, est indispensable. Mais c’est l’accompagnement professionnel régulier, sur au moins six mois, tel que peut le pratiquer un spécialiste de transition de carrière, qui fera la différence. 

En guise de conclusion, voici le récit d’un de mes accompagnements récents, qui au départ me semblait l’un des plus difficiles que j’aie eu à gérer.

Catherine était PDG de la filiale française d’une entreprise anglo-saxonne, depuis une dizaine d’années. Excellents résultats à son actif… mais 59 ans, et un board corporate qui, sous la pression d’un fonds activiste, décide de renouveler les cadres dirigeants pour booster les résultats, tout en économisant sur les salaires : on lui donne six mois pour trouver un autre poste.

Premier réflexe : contacter les chasseurs de tête. Et premier coup de massue : vous êtes trop vieille (sic), vous n’avez pas d’expérience à l’international, vous êtes trop marquée par votre secteur d’activité, vous êtes trop chère… on ne peut rien pour vous.

C’est une dirigeante abattue, déprimée, presque résignée, que je rencontre la première fois, et que j’accepte d’accompagner, malgré la difficulté de la situation. 

Avec rigueur, ténacité, obstination, nous mettons en œuvre le programme détaillé plus haut, en particulier l’exploitation très ciblée de LinkedIn. Après huit mois de hauts et de bas, Catherine est recrutée en tant Présidente France et Benelux d’un groupe américain en fort développement, dans un secteur voisin de celui où elle exerçait précédemment, sans perte de salaire. 

Vous le voyez, tous les espoirs sont permis…

Et puis, surtout, ne restez pas seul dans votre coin ! le groupe UFF, « L’Union Fait la Force » accompagne depuis plus de 15 ans les Alumni en recherche d’emploi. Ce groupe fonctionne en présentiel et à distance également pour aider grâce aux outils du réseau le retour vers l’emploi.

Découvrez-le !          

 

 

Elisabeth Giret-Bertrand 

Expert en Professional Social Media* Personal Branding * Networking Strategy * LinkedIn * Cadres dirigeants expatriés, elle intervient en webinar pour Intermines.

  Elisabeth Giret-Bertrand




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.