Actualité

22/11/2017

Intermines
Carrières : "Entrer dans la vie professionnelle, cher Doctorant ?"

A la suite de trois entretiens avec un ancien doctorant et deux nouveaux, je te livre ces témoignages. Ils peuvent t’aider à réfléchir à ton entrée dans la vie professionnelle.

Je comprends que tu es dans une situation hybride ; à la fois étudiant d’un point de vue administratif et en situation professionnalisante : c’est ton premier poste !

Ton calendrier

En première et en deuxième année, tu ne te sens pas concerné par ton entrée dans la vie active, tu en as le temps ! C’est en troisième année que la question se posera vraiment.

Dès le mois de janvier de la troisième année, tu commenceras à rédiger ta thèse, tu la termineras en juillet et la soutiendras en octobre. Prévois quatre semaines pour préparer ta soutenance.

Entre juillet et octobre, tu pourrais avoir du temps pour chercher du travail... Mais tu as besoin de souffler... Je comprends... !

Il parait qu’il faut compter entre huit mois et an an pour trouver du travail. Cela dépendra évidemment de ton réseau, de ton encadrant, de ton sujet...

Serge, doctorant en 2000 témoigne

« L'Ecole des Mines proposait du coaching de gestion de carrière au travers de 5 ou 6 jours de formation répartis durant le doctorat. A l'époque, je voulais une bonne place dans un laboratoire de recherche et n’avais pas réfléchi à un plan B. Je gérais ma vie personnelle à court-terme en manquant de maturité pour y intégrer une vision concrète de mon avenir professionnel. »

Il continue : « A l’époque j’étais seul. J’aurais eu besoin d’un accompagnement pour entrer dans la vie active, d’un discours critique sur la situation économique. J’aurais eu besoin de démystifier ce monde du travail : c’est difficile mais j’aurais pu m’en sortir ». J’y suis enfin arrivé aujourd’hui !

Et il poursuit, « si j’avais compris l’importance d’être aidé, j’aurais aimé l’être pour :

y' « Utiliser intelligemment les contacts réseau et apprendre à être simple dans la relation. y' Trouver une émulation dans un groupe

y' Côtoyer des profils variés d’accompagnateurs : retraités, personnes avec des parcours identiques et différents, quelqu’un qui aurait vécu une situation difficile.

J’aurais aimé avoir bénéficié de « devoirs » à faire, avoir un suivi contraignant, un rythme, être en situation... Ne pas rester seul.

Marie-Luce Barthélémy : Coach, anime pour Intermines le programme de repositionnement professionnel Tremplin dédié exclusivement aux Seniors

 

Vue 261 fois
Précédent
Carrières : Une journée avec les élèves au forum emploi
Suivant
Carrières : GOINGLOBAL : tout savoir sur l'international

0 Commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.